Mes témoignages sur mes achats liés à la cigarette électronique

Bon plan mis à jour le : 28 janvier 2015

Je ne sais pas si c’est une déformation professionnelle. Mais j’ai aujourd’hui un œil critique sur le marché de la vapote en France. Lorsque je rentre dans une boutique, je pose des questions idiotes au vendeur. Juste pour connaitre son niveau de connaissance en matière de cigarette électronique. Parfois, un long échange entre nous se met en place. D’autres fois, je me dis que ne remettrais jamais plus les pieds dans son magasin.

Le marché de l’ecigarette en France s’est professionnalisé

Il n’est pas facile de connaître à qui l’on a affaire. Quand je vois des boutiques tenus par des fumeurs, j’enrage. Comment peuvent-ils louer les bienfaits du vaporisateur aromatique personnel ? Je sais bien qu’il faut bien vivre et se trouver un métier. Mais il existe des limites. Je ne vous parle même pas de certains fabricants, que je fuis. Il y a de tout dans le monde de la vape. Je vous livrerai quelques perles de mes visites en tant que client mystère. J’ai l’opportunité de me déplacer dans toute la France. Quand je vois un magasin, c’est plus fort que moi ! Je rentre et je me fais ma propre opinion.

Mes avis tranchés sur les industriels du marché de l’Ecig

Avec mon souci de FiberFreaks, j’ai vérifié l’honnêteté d’une marque. Le souci a été réglé d’une main de maître. Un fabricant de cigarette électronique, de matériel ou d’accessoire doit avoir une seule préoccupation. La sincérité est primordiale à mes yeux. Lorsque nous étions fumeurs, on achetait son paquet de clopes à son buraliste. Il ne nous a jamais dit que c’était nocif pour notre santé. Il aurait pu nous dire : « C’est comme le Port Salut, c’est marqué dessus ».

L’Efumeur veut savoir ce qu’il vape mais surtout avec quoi. Big Tobacco nous a assez menés en bateau dans notre passé. Désormais, on souhaite une totale transparence des industriels. Donner une opinion est simple sur internet, mais l’étayer par des faits concrets, c’est mieux.

Mon opinion sur les web marchands de la vape: de tout et n’importe quoi

Certains marchands ont vu le business arrivé et se sont lancés dans l’aventure. Rien de plus simple avec le régime de l’autoentrepreneur. Il y a eu de tout et n’importe quoi. Je me suis rendu compte sur plus de 60 commandes qu’il me prenait pour un pigeon. Il est simple d’écrire des mentions légales. Souvent repompées sur la boutique online de cigarette électronique voisine. Lorsque l’on s’engage sur un contrat, ils oubliaient souvent de le respecter. Ou ils avaient une seule crainte : le litige paypal. C’est souvent le moyen le plus rapide de leur faire entendre raison.
Ne vous inquiétez pas, beaucoup sont à l’heure actuelle fermés. Vous souhaitez des web marchands de référence ? Mes retours d’expérience vous aideront certainement.

Ma position sur les Shops physiques d’Ecig : une évolution bénéfique constatée

La première fois que je suis rentré dans un shop physique, c’était à titre d’information. J’ai acheté un kit Ego et des liquides. Depuis ce magasin ne me voit plus. Pourquoi me direz-vous ? Simplement parce que j’ai évolué. Et qu’il n’a pas suivi mon évolution dans la vape. Une boutique physique de cigarette électronique doit répondre à certains besoins. Ceux du débutant et ceux de l’expert. Si le vendeur est limité, il répondra simplement aux desideratas du fumeur qui souhaite arrêter.

Je vois quand même une belle évolution. Il y a désormais des mods et des atomiseurs reconstructibles dans de nombreux magasins. Certains vendeurs vont même jusqu’à faire des vapéros. L’idée est sympa de faire évoluer les novices. Mais aussi de partager des découvertes entre passionnés de la vapote.

Comment trouvez-vous l’évolution de la vape ces derniers temps ?

J'ai débuté la vape en 2011 avec une ciga-like. Cette expérience a été un fiasco. J'ai réellement appris à aimer la vapote pendant l'été 2013. Je suis désormais accro. C'est devenu une réelle passion que je vous retranscris sur ce Blog.